Ils sont tellements étranges parfois...
10.12.06

In the middle of the night

Catégorie: Rêves.

Cette nuit j'ai rêvé de Moïse. Une éternité que je n'avais plus rêvé de lui. Et c'est avec un immense soulagement que je l'ai retrouvé la nuit dernière.

Moïse était un de mes camarades de classe à l'époque où j'étais à l'école primaire. C'était un petit graçon très spécial, une personne spéciale. Il avait quelque chose d'étrange, et j'en garde le souvenir de quelqu'un de calme, d'étrangement calme et contemplatif pour un petit garçon de cet âge, et mystérieux. Etrangement adulte en fait. Il était avec ses copains, avec nous, mais j'avais toujours l'impression qu'il était loin, même quand il nous parlait, que nous jouions. Il y avait une douceur chez lui, une distance, alors même qu'il participait à nos jeux, à nos anniversaire. Il me donnait l'impression de ne pas être à sa place, mais de s'en accomoder, de patienter dans sa vie, paisiblement, sereinement. On ne savait pas grand chose de sa vie, il n'invitait jamais personne chez lui. Il était différent. Il avait quelque chose de spécial. C'est le souvenir que j'en ai, un souvenir fort, plein de tendresse et de mystère.

A l'époque j'avais un fiancé officiel, dont je jouais à être éperdument amoureuse, et un fiancé non désiré, qui était éperdument amoureux de moi sans aucun retour de ma part. Malgré tout, je ne garde d'eux qu'un souvenir sec, amusé certes, mais pas vraiment agréable. Avec Moïse il n'y a jamais rien eu, on était même seulement que vaguement copain, puisqu'il était le meilleur ami de mon fiancé officiel. Reste que je garde de lui un souvenir trouble, troublant, et que depuis ces dernières années il a toujours été dans mes rêves l'incarnation de l'amour, celui tranquille qui fait vibrer, qui remplit, celui serein et puissant, qui calme, qui donne des ailes, qui vous emporte et vous apaise.

Alors que je ne rêve jamais de mes autres camardes, Moïse revient régulièrement dans mes nuits, dans des situations toujours plus abracadabrantes les unes que les autres, au milieu de guerres, de chaos, de choses compliquées, et je savoure la joie indescriptible, le sentiment puissant qui m'envahit chaque fois qu'il apparaît, chaque fois que je le retrouve. La douceur de sa voix, la chaleur de son corps, et surtout le savoir là, l'avoir près de moi, chercher ses yeux, son assurance, savoir que c'est lui, tout simplement.

Depuis des semaines, Moïse ne venait plus. Parce que je ne rêvais plus, et les quelques rêves que je faisais étaient atroces. Je l'avais même oublié. J'avais oublié ce sentiment qui me surbmerge de bonheur. Et qui me laisse une étrange impression au réveil. Comme si nous étions prisonniers de ces nuits, que nous ne pouvons nous retrouver qu'en dormant, quand il arrive à me rejoindre. C'est un peu ce qui s'est passé cette nuit. Il était de nouveau là, tellement fort, et j'étais tellement bien. C'est même impossible à imaginer.

Parfois les rêves sont bien plus forts que la réalité.

Heureusement.

Posté par Eddie à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29.11.06

Magique!

Catégorie: Rêves

Cette nuit j'ai réussi à retrouver un peu des rêves qui étaient jusqu'à peu l'apanage de tous mes sommeils ou presque. Ces rêves que j'avais perdus presque sans m'en rendre compte en plus. Ils sont revenus, certes encore imprfaits, encore teintés du goût de l'angoisse, mais bien là. Avec cette magie, cette ambiance fantastique que j'adore, qui les rend étranges et merveilleux, agréables.

C'est important pour moi de rêver, d'avoir de jolis rêves, parce que c'est comme ça que je me repose. Dormir repose le corps, mais rêver repose l'âme, le coeur, et du coup le corps se repose d'autant mieux qu'il est plus détendu, et la tête s'aère, s'ouvre sur cet autre monde imaginaire et s'évade, littéralement. Il y a peu de moyen de faire s'évader son esprit de son corps qui soit aussi efficace que le rêve, le vrai, celui du sommeil.

Du coup j'ai moins l'angoisse d'aller me coucher ce soir, parce que j'espère rêver, bien dormir et rêver.

Et j'en oublierais presque que demain je rebosse!

Posté par Eddie à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26.11.06

Rêver un impossible rêve...

Catégorie: Rêves

Oui à l'heure qu'il est je ferais bien mieux d'être au lit, je sais. Sauf que ces derniers temps aller au lit n'est pas sans poser problème, vu les mauvaises nuits que j'y passe.

Tiens d'ailleurs cette nuit je me suis réveillée avec un nerf coincé dans le dos - un peu toujours le même qui se coince en plus, soit lui soit l'épaule - bien sûr j'ai eu mal toute la journée, et y'a qu'une douche chaude qui a réussi à en venir à bout ce soir. Si j'avais su, j'aurai fait ça en me levant.

Reste que ça c'est rien à côté du sommeil agité que j'ai en ce moment - si remarque c'est bien parce que j'ai le sommeil agité et que je finis par dormir dans des positions abracadabrantes et que je me coince de partout - mais bref, le plus casse pied ce sont les mauvais rêves. Ceux qui font que je me retourne toute la nuit. Et même si je m'en souviens pas au réveil, n'empêche qu'ils sont bien là et qu'ils me prennent la tête.

Je le sais parce que les quelques uns dont j'arrive à me souvenir sont tout simplement très significatifs. Comme celui d'il y a deux jours.

Je suis dans un bus, pas un bus de ville mais un bus de tourisme, avec tout plein de gens assis à leur place, et surtout beaucoup d'enfants. Vous voyez venir le truc? Non? Bon on continue alors. Donc le bus roule, sur l'autoroute, très vite, et rien que ça c'est déjà pas normal. Et puis d'un coup le chauffeur annonce qu'il a plus le contrôle, le bus fait des embardées, le chauffeur crie qu'il faut bien se tenir, tente de bifurquer sur une aire d'autoroute, le bus ne s'arrête pas, arrive devant un fossé, le chauffeur met le bus en travers et du coup il tombe dans le fossé de toute sa longueur, fait des tonneaux, ça hurle, le plafond du bus s'enfonce au dessus de nos tête, je me dis que c'est pas possible que j'y reste, je rentre la tête, je me protège comme je peux en m'accrochant de toutes mes forces. Le bus finit par retomber sur ses roues. Gros silence. Et puis en un clin d'oeil sans avoir le temps de comprendre je me retrouve en train de faire sortir tous les gamins par l'arrière du bus, tandis que par l'avant sortent des personnes âgées et des gens ahuris. Moi je soulève les gamins par les épaules et je les descends, je leur dis de pas rester là mais de faire attention à pas se mettre sur la route. Personne ne m'aide. Et puis les secours arrive et me disent "c'est bon, on s'en occupe" et d'un seul coup on me fait sortir de là, je me retrouve bête et inutile, et un gars des secours vient me voir et me demande si ça va mais il demande ça comme une formalité. Il me dit que y'a que de la tôle froissée, que c'est rien de bien méchant. Moi je suis un peu agarde, je sais plus trop où je suis, je lui dis que c'était quand même vachement impressionnant, il me regarde blasé et me dit "ben c'est qu'un accident". Alors je lui réponds que c'est impressionnant quand on a jamais eu d'accident et là il me regarde totalement étonné et me dit "vraiment?" comme si tous les gens avaient des accidents... je lui dis que oui c'est la première fois que je me retrouve dans un accident. Il répond pas, je vois que ça le laisse perplexe et il me refile un masque à oxygène pour me faire respirer dedans. Et je me demande comment c'est possible qu'aucun gamin ne soit blessé...

Chouette rêve hein? Pas du tout significatif...

Comment vous voulez que j'aille dormir maintenant?

Et dire que je me souviens d'un temps où je faisais des rêves sympas. Moi qui adore dormir, moi pour qui le meilleur endroit du monde c'est au fond de mon lit, surtout l'hiver quand on a une grosse couette et une couverture par dessus, et plein de coussins pour tenir chaud. Moi qui dormait si bien, si facilement. Comment j'ai pu en arriver à même plus vouloir aller me coucher, tellement je sais que c'est mort d'avance...

Va falloir trouver une solution.

Et en attendant faut quand même aller dormir. Même peu. Même mal.

Posté par Eddie à 03:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02.04.04

Protect me from what I want

Catégorie: Rêves

Cette nuit j'ai encore rêvé que je traçais des formules magiques, des incantations, pour me protéger du mal. Je fais souvent ce genre de rêves ces derniers temps. Peut importe la situation qui est toujours très étrange et farfelue puisque ce sont des rêves, mais je me retrouve toujours à un moment ou un autre à faire face à une menace diabolique, et pour m'en protéger et protéger les autres, je trace des incantations où je peux comme je peux.

Cette nuit c'était dans un sous bois, il y avait des ruines d'un chateau ancien derrière moi, et parmi les fougères je devine quelque chose de pas normal, qui ne se voit pas mais je sais que c'est là. Alors pour repousser cette chose je trace rapidement à même la terre des écritures étranges, toujours les mêmes. Je ne connais pas cette écriture, elle ne ressemble à rien que j'ai déjà vu. Mais dans mes rêves, elle est instinctive, sauf que j'écris sans savoir ce que j'écris et que je m'étonne moi-même de savoir des formules dans cette langue bizarre.

Je commence à me demander à quoi ça rime. Mon inconscient pense-t-il que l'écriture est ma façon d'échapper au mal? Il n'a pas tord. Ecrire est mon meilleur moyen de protection, je ne me gène pas pour l'utiliser. Disant ça je réalise que depuis peu je me suis remise à beaucoup écrire, de manière quasi automatique. Sans doute que ça me travaille. Ce que je ne sais pas c'est ce que peut représenter ce mal omniprésent qui me guette et dont je dois me protéger. Ca fout presque la trouille!

Je me rassure en me disant que dans mes rêves l'écriture est toujours une protection efficace. A ma grande surprise d'ailleurs. Elle agit comme un talisman, même si je la trace dans le vide, symboliquement, elle fait office de bouclier à tout épreuve. C'est pas le moment d'arrêter d'écrire, je vous le dis.

Posté par Eddie à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]