De moi ou des autres
27.02.16

Morts vivants

Catégorie: Poésie

Des blessures sans trace
Dans ce sang qui ne coule pas
Dans ce souffle qui ne manque pas
Y'a-t-il des soldats qui ne meurent jamais?

Transpercés par le glaive
Ils resteraient là, impassibles
Se vidant sans y penser
Sans le faire remarquer,
Et debout, toujours
Continueraient-ils de se battre?

Des cicatrices qui ne parlent pas
Qui n'ont pas eu de blessures
Des chairs qui ne se sont jamais ouvertes
Dans ce corps vivant
Des morts qui ne meurent pas.
Y'a-t-il des coeurs qui s'arrêtent
Sans rien dire, parce qu'il le faut bien
Et continue de battre mécaniquement
Parfaitement?
Des oiseaux en plein vol qu'on auraient déjà abattus
Et qui s'en iraient loin
Très loin.

Des blessures sans trace
Dans ce qui ne se montre pas
Dans ce qui ne se reconnait pas
Dans ce qu'on porte
A l'intérieur
Et qui nous achève.

Y'a-t-il des soldats qui ne meurent jamais,
Autres que nous mêmes?

08_France_Paris_PigeonOnStatue
                                                                                      Pigeon sur une statue parisienne by Unknown

Posté par Eddie à 02:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16.03.15

Poète

Catégorie: Poésie

 

Parle, homme

Parle

Car quelque part

Quelqu'un écoute

festival-poesie-2013-1
                                                                                                                                        Poésie by Unknown

Posté par Eddie à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26.03.14

Exécution

Catégorie: Poésie

Des yeux vides
Des mains pleines
Des mots qui crissent
Et qui mentent
Comme on repeint les murs
Aux couleurs des condamnés
Avec autant de balles
Qu'il y a de têtes
Parce que le vent
Ne rentre pas ici
Et que toute sa force n'a pas de foi
Ici
A en arracher le coeur des dieux
Ou celui des enfants
On en aurait plantés là
Tout droits
Combien
Seulement parce que c'est ainsi
Ici
J'en ai les bras en sang
A force d'accrocher
Leurs yeux aux miens
Tandis qu'on recharge
Et qu'on charie
Leurs cadavres encore vivants
Il n'y a pas de massacre plus dur
Que celui
Qui vous fixe dans les yeux
Juste avant
Et je n'avais les mains pleines
Que de sable
Et de vent
Je ne suis que la terre
Pas l'acier
De leurs armes
Dumoins je le prie


                                                                                                                   Colère by Anne Tourliere

Posté par Eddie à 00:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23.02.14

Persistance

Catégorie: Poésie

Si je n'ai jamais su, l'ami
La couleur des pierres qui brûlent
Et encore
Le suintement brillant
Des plaies qu'on ironise
Si je n'ai jamais su, l'ami
Ni le vent qui tournait pour mieux vous étrangler
Ni l'obole
Tombant des mains sereines et rouges
Et encore
Le cliquetis insolent des nuages
Qu'on arrache
Dans la bouche des vendeurs de remords
Et de sorts
Si je n'ai jamais su, l'ami
Comment les quais se joignent
Quand le moment vient
Comment on transperse
La vase des marées
Et les marées des hommes
Et encore
La lente réserve qui descend
Et qui saigne
Si je n'ai jamais su, l'ami
Les pas le long des âmes
Et les portes que l'on enterre
Et encore
Ce que crachent nos ongles
Et le silence dru
Le plomb avant l'aurore
Si je n'ai jamais su, l'ami
Ni les langues, ni les coeurs
Et encore
Pas plus les vagues, ou l'occident
Un balancement plat
Une fin
Si je n'ai jamais su, l'ami
Trahir ceci
Et encore
Venir
C'est qu'ailleurs déjà tout recommence.

20_MoreauVauthierVictime1
                                                                                       Monument de Paul Moreau Vauthier

Posté par Eddie à 23:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21.02.14

Prisonniers dedans

Catégorie : Poésie

Les yeux enfoncés
J'ai du noir
Au bord des mains

A longueur de tenir
Des tissus trop petits
Trop épais
Ou pas assez

Ce sont les os
Qui finissent par mentirLe mieux

Et les griffures
Le long des couloirs
Vers la lumière
Sans fin

D'un exil puissant
On garde
Les yeux enfoncés
Et du noir
Au bord du corps

Ce qui est en trop
Et qui s'arrache
Si peu

A vouloir sortir

Quand hurler respire
Et que le reste tue
Car dedans c'est petit
Et dehors c'est pire

Imagine
Qu'aucun mot ne dise
A quel point
Tu es loin

Et cette douleur
Qui se plante comme un drapeau

Je la vois

Dans leurs yeux enfoncés

Et le noir
Au bord de leurs mains

picts_1
                                                                                                   Derrière la fenêtre by Unknown

Posté par Eddie à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20.08.13

La folie du fou

Catégorie: Poésie

Prépare ta ligne
Et tranche.
Diagonale aiguisée
Au rasoir,
Ligne blanche,
Faut savoir
Que sur cette route
Des têtes tombent,
Décapitées.
Des bombes,
Roulant à tes chevilles.
J'ai refait l'aller,
Deux fois,
Pour te voir.
Bien droite.
Et finalement
J'ai renoncé.
Rangé la boîte,
Cadenassée,
Avec à l'intérieur
Ta tête.
Ton coeur.
J'ai oublié
La dernière danse,
Préféré
Reprendre ma chance,
Et sur les miroirs
Glissent
Nos pas.
Prépare ta ligne,
Trésor,
Je sors.

La-Statue-Mutilee                                                                                                                                   Statue bu Unknown

Posté par Eddie à 00:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08.07.13

Les titans

Catégorie: Poésie

Des titans aux titans
Combien de cordes et de colosses
Combien de pierres, de palais

Des titans aux titans

Combien d'anneaux de bronze
Que j'ai entrelacés

Des titans aux titans
Combien de coupes d'or
Et de dalles brisées

Des titans aux titans

Combien de portes, de pontons,
Combien de murailles, de phares,

Des titans aux titans

Combien d'attaches et d'ancres
Combien de pilliers
Combien de chemins

Des titans aux titans

Combien de jours,
Pour aller
Des titans aux titans.

titans
                                                                                         Fontaine des titans by Unknown

Posté par Eddie à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27.05.13

Ex Vivo

Catégorie: Poésie

Du fond de leur tombeau
Les morts parlent-ils?

Du fond de ma tombe,
Voilà que je t'appelle:

Y'a-t-il des morts
Qui se tiennent debout?

Voilà que je suis devant toi
Pour te questionner:

Y'a-t-il des serrures
Sur leurs cercueils
Pour y tenir enfermées
Leurs âmes
Ou leurs vies?

Du fond de ma tombe
Voilà que je suis libre
Et de te demander:

Y'a-t-il du sang encore
Dans leurs veines
Quand ils se tiennent debout?

Ou sont-ils vraiment morts?

Y'a-t-il un sceau?
Un signe qui l'affirme,
Qui s'appose,
Autre que ce souffle que l'on rend?

Du fond de leut tombeau
Les morts sont-ils vivants?

Y'a-t-il un geste, une parole
Qui les gardent?

Alors voilà que du fond de ma tombe
Je t'appelle:

Comment les rends-tu à la vie?

Comment font les morts
Pour aller avec toi?

transi de ligier richier
                       Transi di Ligier Richier by unknown

Posté par Eddie à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09.03.13

La garde

Catégorie: Poésie

Rouvre les yeux
Car j'ai chassé la nuit,
Les démons
Je les ai asservis
Pour te faire une armée.
Des suivants.
Une garde.

De toutes les ombres qui glissent
Je t'ai fait un manteau,
Noir et profond,
Qu'il puisse balayer
La cendre et la poussière,
Glisser sur les marbres,
Sur les dalles de pierre
Des palais impossibles
Où tu cherches ton chemin.

Rouvre les yeux
Car j'ai fait taire le monde.
De tous les hurlements
Je t'ai fait des parures
Qui s'en viendront tinter
A tous tes mouvements.

De toutes les paintes
J'ai tissé des écharpes,
Longues, infinies,
A pendre à tes épaules
Et à laisser flotter pour trouver ton chemin.

Rouvre les yeux
Car j'ai chassé la peur.
Les démons
Je les ai entendus,
Leurs regards rouges tranchants
Dans le biais, m'observant,
Je les ai soutenus
Pour te faire une armée.
Des suivants.
Une garde.

Rouvre les yeux alors
Et vois.
Quelque soit ton chemin,
Ils seront avec toi.

sanjusangendo temple statues- kyoto japan                 
               Sanjusangendo Temple, Kyoto-Japan by Unknown

Posté par Eddie à 00:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

18.02.13

Refragmentation

Catégorie: Poésie

La force des corps
Ce n'est pas
La façon dont ils s'arqueboutent
Ni celle dont ils respirent
Ce n'est pas
Leur manière d'accélérer
Ou de feindre

La force des corps
Ce n'est pas
La façon dont ils s'engouffrent
Dans le temps qui avance

Ce n'est pas non plus
Comme ils se réinventent
Et se fardent

La force des corps
Ce n'est pas
La façon dont ils tournent
Ni celle dont ils décollent et frappent

Ce n'est pas non plus
Comme ils battent et chantent
Et s'appellent

La force des corps
Ce n'est pas
La façon dont ils se parlent
Ni celle dont ils se pleurent
Ce n'est pas
Leur manière de s'effacer
Ou de mourir

C'est celle de revenir
Encore
En corps

De se ressusciter

57266831
                                   Fingers by Unknown

Posté par Eddie à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]