23.02.14

Persistance

Catégorie: Poésie

Si je n'ai jamais su, l'ami
La couleur des pierres qui brûlent
Et encore
Le suintement brillant
Des plaies qu'on ironise
Si je n'ai jamais su, l'ami
Ni le vent qui tournait pour mieux vous étrangler
Ni l'obole
Tombant des mains sereines et rouges
Et encore
Le cliquetis insolent des nuages
Qu'on arrache
Dans la bouche des vendeurs de remords
Et de sorts
Si je n'ai jamais su, l'ami
Comment les quais se joignent
Quand le moment vient
Comment on transperse
La vase des marées
Et les marées des hommes
Et encore
La lente réserve qui descend
Et qui saigne
Si je n'ai jamais su, l'ami
Les pas le long des âmes
Et les portes que l'on enterre
Et encore
Ce que crachent nos ongles
Et le silence dru
Le plomb avant l'aurore
Si je n'ai jamais su, l'ami
Ni les langues, ni les coeurs
Et encore
Pas plus les vagues, ou l'occident
Un balancement plat
Une fin
Si je n'ai jamais su, l'ami
Trahir ceci
Et encore
Venir
C'est qu'ailleurs déjà tout recommence.

20_MoreauVauthierVictime1
                                                                                       Monument de Paul Moreau Vauthier

Posté par Eddie à 23:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


21.02.14

Prisonniers dedans

Catégorie : Poésie

Les yeux enfoncés
J'ai du noir
Au bord des mains

A longueur de tenir
Des tissus trop petits
Trop épais
Ou pas assez

Ce sont les os
Qui finissent par mentirLe mieux

Et les griffures
Le long des couloirs
Vers la lumière
Sans fin

D'un exil puissant
On garde
Les yeux enfoncés
Et du noir
Au bord du corps

Ce qui est en trop
Et qui s'arrache
Si peu

A vouloir sortir

Quand hurler respire
Et que le reste tue
Car dedans c'est petit
Et dehors c'est pire

Imagine
Qu'aucun mot ne dise
A quel point
Tu es loin

Et cette douleur
Qui se plante comme un drapeau

Je la vois

Dans leurs yeux enfoncés

Et le noir
Au bord de leurs mains

picts_1
                                                                                                   Derrière la fenêtre by Unknown

Posté par Eddie à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05.02.14

Happy Birthday to me!

Catégorie: Petits Bonheurs!

Aujourd'hui c'est mon anniversaire! Et ma maman d'amour a pensé à moi! Le livreur a sonné à la porte tout à l'heure et.... Voilà une jolie compo de plantes-dont-j'ai-encore-oublié-le-nom pour mettre un peu de verdure dans mon petit chez moi!

20140205_170119-1 (2)

Posté par Eddie à 18:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Quelle tristesse

Catégorie: Au Boulot!

Cette semaine je ne bosse pas, je suis en arrêt maladie. Encore. L'année dernière à la même époque j'avais déjà eu un blanc (grippe et dépression), cette année rebelote. Petite bronchite, grosse réaction allergique cutanée (ouais des gros boutons quoi avec une démangeaison atroce) à je-ne-sais-pas-encore-quoi-d'ailleurs et petite reprise de dépression. En général quand on commence à dire aux collègues - en étant tout à fait sérieuse - qu'on veut démissionner c'est pas bon signe. Mais c'est pas évident parce qu'en règle général, les gens dépressifs passent pour des gros fainéants qui s'écoutent trop. Quand on est fonctionnaire c'est encore pire. Et quand on est prof on bascule carrément dans l'acting et le foutage de gueule. Donc j'ai juste dit à mes collègues une partie de la vérité, à savoir que j'avais une bronchite et une grosse allergie, vu les réactions pas sympas de l'année dernière, j'ai retenu la leçon!

Reste que je le vis moyen. D'abord parce que j'ai juste l'impression que je serai jamais capable de rembaucher lundi prochain. Pas par flemme, juste par... par quoi je ne sais pas trop d'ailleurs. Juste que quand je pense à mon travail j'ai l'impression de me noyer et j'ai qu'une envie, c'est pleurer. Ensuite si je ne le vis pas bien c'est aussi que tout le monde me dit que j'ai un travail extra quand même, de quoi je me plains. Et je sais que c'est vrai, en partie. Donc j'ai bien intégré que je ne devrais pas me plaindre. Je fais quoi alors, je souffre en silence? Oui c'est ce que je faisais depuis quelques semaines. Et puis au bout d'un moment c'est plus supportable. La cocotte minute fume sérieusement...

Pourquoi je suis si mal dans ce boulot qui devrait être si super? Et qui l'était au départ! Mes collègues le vivent relativement mieux que moi d'ailleurs. A ma décharge, mes collègues n'ont même pas 2 ans d'expérience... quand moi je tape déjà les 10. Et j'ai souvent l'impression que ces 10 ans comptent le double! Forcément je suis usée. Usée par le système surtout quand j'y pense. J'essaie de trouver un équilibte, de retrouver la bonne façon d'envisager le métier, de faire mon métier, celle que j'avais au début, avant de ployer sous les contraintes et les craintes qu'on finit par accumuler à force de notes de service, de remarques des collègues, de coups bas de parents d'élèves, de surf sur les blogs de supers profs qui affichent des contenus parfaits, d'inspection stériles, de blablas de conseillers pédagogiques et de séances de formation hors de la réalité, de coups durs qu'on se galère tout seul dans sa classe... Usée d'avoir l'impression de brasser du vent, à gérer des activités péri-scolaires qui parasitent mon travail, les visites des gendarmes pour des délits mineurs, des parents qui confondent gamins surdoués et gosses mal élevés, et le reste, tout le reste... là où j'aimerais pouvoir me concentrer sur l'essentiel: mes élèves, leurs apprentissages, de façon simple et intelligente et pas juste dans cette course contre le temps où l'on essaie de faire rentrer au pied de biche dans leur petit cerveau tout un tas de compétences inappropriées voire inutiles, à coup de grands artifices et de dispositifs élaborés. Je ne me reconnais plus dans l'école d'aujourd'hui, cette pauvre école de la République, dans ce qu'on en a fait et qu'on continue à en faire. Je la trouve inhumaine et oppressante, envahissante, prétentieuse et innefficace.

Et je me dis que je devrais peut être tout simplement rentrer en résistance.

Posté par Eddie à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02.02.14

Cup of tea (ou presque)

Catégorie:  Petits Bonheurs

Depuis quelques jours je me suis mise aux infusions! Parce que je tente de me désintoxiquer du coca-cola (qui est à peut près aussi sain que du destop) et que je n'aime pas le thé. Je me suis donc rabattue sur la grande famille des infusions, c'est moins glam que le sacro-saint "tea" (boire des infusions ça fait tout de suite plus grand-mère) mais au moins je peux en boire (mes tasses de thé restent toujours aux trois quarts pleines si par malheur je m'obstine à vouloir quand même m'en préparer)!

J'aime bien le petit rituel de préparation, le fait de mettre le nez dans les sachets pour voir la saveur qu'on va préférer sur le moment, de remplir la petite boule avec ces herbes ou morceaux fruits, de laisser tout ça tremper, de voir les petites herbes qui s'échappent pour flotouiller à la surface de la tasse... et les cuillères de miel qui viennent sucrer tout ça! Quand je fais ça j'ai presque l'impression d'être Meg Ryan dans un film à mouchoirs... à la seule différence qu'avec ma tasse d'infusion je me colle devant mon pc pour aller massacrer des monstres sur diablo 3. Ca fait tout de suite moins Meg Ryan...

Et bien sûr comme je ne fais rien à moitié, j'ai une tasse xxl et une cuillère à cocktail pour aller dedans!

20140202_230207

Posté par Eddie à 23:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01.02.14

Qu'on me donne l'envie

Catégorie: Anecdotes

Après un long moment de silence, me revoilà, encore. Non je n'ai pas disparue, je me débats juste avec ma vie. Et dans cette bataille, je tente de retrouver le fil de mon écriture, sous toute ses formes. Donc me revoilà. Un énième retour... Mais un retour avec quelques nouveautés cette fois: entre autre je me suis enfin mise à facebook, histoire d'avoir un côté plus réactif, de publier des broutilles, juste comme ça, pour être suivie plus facilement et peut être de gagner plus de lecteurs?...

J'ai presque une sensation de honte quand je dis ça. Comme si ce n'était pas vraiment correcte, comme si c'était vouloir s'approprier des lecteurs, les démarcher comme un vulgaire commercial. Mais si personne ne lit ce que vous écrivez, vous finissez par vous épuiser. Dumoins c'est mon cas. A force, tout ceci n'a plus de sens. Car l'essentiel est bien là: être lu. Quiconque écrit n'a qu'une envie: être lu. Sinon c'est comme parler tout seul. C'est de la folie.

Longtemps j'ai pensé que ça irait de soi, que ça viendrait tout seul, par je ne sais quel miracle du destin. Il semblerait que non. Reste qu'avec tous les moyens dont on dispose aujourd'hui, je serai bien bête de ne pas tenter d'aller chercher mes lecteurs, ailleurs, plus loin. Bien bête de ne pas franchir le pas. Je ne démarche pas, je lance des feuillets à la mer, dans cette immense océan qu'est internet, en espérant que d'autres les prendront dans leurs filets, que d'autres les liront, enfin.

Pour seulement qu'ici je retrouve l'envie d'écrire.

Posté par Eddie à 23:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]